Retour à la catégorie

Hier matin, comme chaque année à cette époque, ont été vendangées les vignes de l’aéroport international de Bordeaux-Mérignac. Et cette année étaient à l’honneur les entreprises, associations de commerçants et des  » pépites  » de l’innovation de nos territoires bordelais. Ces chefs d’entreprises ont montré aussi leur talents en maniant le sécateur pour couper habilement les grappes au pied du hall B, afin d’en produire ensuite le millésime 2017 du vin  » Croix de Guyenne «  grâce au Domaine de Chevalier, propriété d’Olivier Bernard. Un viticulteur et patron de plusieurs vignobles qui explique tout l’intérêt de respecter la nature et s’en adapter, en interview audio ici.

L'opération présentée par Olivier Bernard, propriétaire du Domaine de Chevalier en Pessac-Léognan (au micro), et par Patrick Seguin, président de la Chambre de commerce et d'industrie de Bordeaux-Gironde (à sa droite) - Photo GOTA
L’opération présentée par Olivier Bernard, propriétaire du Domaine de Chevalier en Pessac-Léognan (au micro), et par Patrick Seguin, président de la Chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux-Gironde (à sa droite) – Photo GOTA

Olivier Bernard, propriétaire du Domaine de Chevalier a rappelé aux participants présents hier matin que ces vignes ont été plantées à l’aéroport il y a 19 ans… Un âge de raison qui invite au

[bsa_pro_ma_space id="35" type="space" url="https://combuzz.fr/api/" secure="fd46bb4486fbadf6acc543e5f09f6f1c965a6609"]

respect de cette belle idée de promotion du vin de Bordeaux, qui  » appartient à tout le monde, pas qu’à l’aéroport, mais à tous les bordelais «  comme il l’a précisé dans son discours de lancement de ces vendanges hier matin, rappelant ce symbole de patrimoine culturel commun. Et  » Il n’y a pas de grand vin sans grand fruit  » a t-il expliqué à son assistance d’apprentis vignerons, une maxime qu’il nous livre en héritage de son expérience, qui va du Domaine de Chevalier au Chateau Guiraud en Sauternes (où il est co-propriétaire depuis 2006), en passant par le Domaine de la Solitude (qui lui a été confié en fermage depuis 1993), tout en cumulant avec le rôle de président de l’Union des Grands Crus de Bordeaux et son implication dans la société familiale Millésima (dont le site internet  » Wineandco « , géant de la vente mondiale de vins, est une filiale). L’interview audio :

Olivier Bernard s’est donc particulièrement impliqué dans cet  » outil  » de promotion Photo ©GOTAextraordinaire que sont ces vignes plantées contre le bâtiment principal de l’aéroport international de Bordeaux, non  seulement en fournissant les pieds de vignes provenant du Domaine de Chevalier il y a 19 ans, en prenant également en charge l’entretien tout au long de l’année de ces 15 ares (taille, ébourgeonnage, pliage, épamprage, levage, dédoublage, vendange verte, effeuillage, et bien sûr vendange manuelle), qui profitent d’une plantation de 10 000 pieds à l’hectare seulement et en vinifiant et en mettant en bouteille la récolte d’un vin composé à 40 % de cabernet sauvignon et 60 % de merlot. 1 200 bouteilles du  » Croix de Guyenne  » sont ainsi produites chaque année, ce qui en fait un vin rare… Les vendangeurs d’une matinée étaient des clubs d’entreprises, des associations de commerçants lauréats de  » Challenges  » et  » Initiatives « , concours qui récompensent des projets innovants pour les territoires. Et c’est le millésime 2012 qui a été dégusté à l’issue de cette 19ème édition, face a cet équipement économique de la Métropole et l’Aquitaine, au service des habitants, des entreprises et des terroirs de ces territoires.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *