Retour à la catégorie

Avec une progression de 104 % de passagers passant par l’aéroport de Bordeaux en 10 ans (2007 à 2017) pour arriver à environ 7,5 millions cette année, croissance la plus forte de tous les aéroports de France, l’infrastructure bordelaise investit massivement aujourd’hui dans une transformation complète, parfaitement bien équipé et de niveau mondial. Les perspectives au-delà des années 2023 pourraient même envisager de faire venir des très gros porteurs d’Asie. Avec 37 nouvelles lignes cette année, 162 lignes au total dont 112 destinations en vols directs (Moscou est la grande nouvelle destination au mois de juin), l’aéroport se devait d’anticiper une sous-capacité qui aurait pu être négative voire dramatique.

En 2023, l’aéroport devrait voir passer 9,633 millions de passagers, selon les études. Afin d’accueillir touts ces voyageurs, confortablement et en toute sécurité, et comme l’a précisé en préambule Pascal Personne, directeur de l’aéroport international de Bordeaux-Mérignac va se refaire un grand lifting avec 3 enjeux : la capacité d’accueil des passagers et des avions, plus de salles d’attente et d’embarquement, et communes aux différentes portes (avec plus de qualité de services), et

Stephane Teulé-Gay et Pascal Personne présentent le programme de transformations de l'aéroport international de Bordeaux-Mérignac : 139 millions d'€ dont 50 % en auto-financement - Photo © Stéphan Foltier pour GOTA
Stéphane Teulé-Gay et Pascal Personne présentent le programme de transformations de l’aéroport international de Bordeaux-Mérignac : 139 millions d’€ dont 50 % en auto-financement – Photo © Stéphan Foltier pour GOTA

plus d’accessibilité et notamment à travers les transports en commun (circulation, parkings, Technobus-1- cette année et le tramway en 2023).

Multiples travaux pour multiples chantiers pour une transformation multiple 

Stéphane Teulé-Gay, directeur des opérations techniques a ensuite détaillé toutes ces améliorations, rénovations et transformations, qui représentent un budget global de 139 millions d’€ investis à partir de cette année jusqu’à l’horizon 2023 (auto-financés à 50 %, les 50 % autres l’étant par des emprunts) : le terminal low cost Billi sera agrandi dès ce printemps 2019 pour se finir en 2021, profitant d’un chantier d’extension de l’aérogare (12 millions d’€) portant la capacité à 10 postes avions (au lieu de 4 actuellement), toute l’infrastructure (6,5 millions d’€) pour l’automatisation de toute la chaîne de dépose (avec 12 bornes de déposes autonomes  » Self bag drop «  pour des bagages déjà enregistrés lors de la réservation du vol), d’enregistrement, d’acheminement et de contrôle des bagages de soute. Le hall A va accueillir un nouveau terminal  » Satellite 3  » pour un budget de 8,5 millions d’€ pour une capacité annuelle de 2,5 à 3 millions de passagers, l’embarquement et le débarquement facilités avec la volonté d’en obtenir une certification HQE à terme. Un nouvel équipement d’envergure qui va garantir les temps de rotation des avions pour l’efficacité des compagnies partenaires et le confort de leurs passagers, et donc la satisfaction globale des voyageurs empruntant l’aéroport de Bordeaux. 4 salles alignées autour d’un vaste couloir, donnant accès aux magasins et toilettes desserviront les portes d’embarquement et permettront de faire du  » pré-embarquement «  (enregistrement avant même de passer les portes et d’accéder au tarmac, pour faire gagner du temps, comme le fait le low cost). Un  » Parafe «  sera également installé avec 2 batteries de sas, des portes électroniques à reconnaissance biométrique : 5 pour les arrivées et 5 pour les départs, avec une temps de traitement de 15 à 25 secondes par passager, soit + 40 % de traitement de la sécurité sur les passagers, d’ici fin 2019 à 

Le plan complet des transformations de l'aéroport international de Bordeaux, à l'horizon 2023
Le plan complet des transformations de l’aéroport international de Bordeaux, à l’horizon 2023

courant 2020. Ce sont donc 5 vols internationaux qui pourront être simultanément gérés (arrivées et départs confondus), 35 postes avions dès 2021, avec un coût pour l’aire Alpha des avions de 6 millions d’€ (adaptation de la zone concernée sur le tarmac). Ces travaux commenceront le 22 avril prochain pour se finir en mars 2020. Enfin, pour la partie des bâtiments de l’aéroport à proprement parler, une construction neuve de 1 300 m2 fera la jonction entre les halls A et B, servira de grand poste de filtrage unique capable de traiter jusqu’à 1 600 personnes par heure, et permettra d’accéder à une grande zone commerciale centrale, et ensuite au hall A ou au hall B. Les travaux commenceront en avril pour se terminer en mars 2020.

L'image de synthèse du programme " 45ème parallèle " face à l'aéroport de Bordeaux-Merignac
L’image de synthèse du programme  » 45ème parallèle  » face à l’aéroport de Bordeaux-Merignac

Les bonnes complémentarités autour

Hors de l’enceinte de l’aéroport, le programme du futur pôle de bureaux et hôtelier « 45ème Parallèle «  placé sous la maîtrise d’ouvrage de la société Nexity dans le cadre d’une autorité d’occupation temporaire vient d’entamer sa 1ère tranche de travaux (la viabilisation du terrain, les travaux de voirie et de réseaux sont en cours), le parking longue durée  » P4 «  s’agrandit de 900 places (1ère phase de travaux), le parking  » P1 / P2  » est entièrement rénové et bénéficiera d’ici quelques jours d’un affichage en temps réel des places disponibles (la gratuité des 20 minutes sur le P2 est également maintenue), l’ouverture automatique en entrée et en sortie pour les abonnés et réservations faîtes en ligne, des cheminements piétons abrités et une signalétique repensée, et libérera plus de place pour les loueurs de véhicules (de 370 places, on passera à 460 places, toujours juste derrière le  » P0 « ). Et le parking du personnel  » P7 «  bénéficiera de 200 places de plus cette année. Côté transports en commun, les 1ers travaux de libération des emprises nécessaires à l’insertion du tramway ont débuté en 2018, les projets du schéma d’amélioration globale de l’accessibilité aéroportuaire entreront dans une phase plus active au au 2nd semestre 2019 :  dès le 8 avril prochain pour réorganiser la circulation, ouvrir la voie du Technobus, et ensuite au tramway en 2022(2), les chantiers de dévoiement de réseaux et de modification des linéaires routiers longeant les aéroports. Ces aménagements seront mis en oeuvre par la société aéroportuaire, en synergie avec la maîtrise d’ouvrage de Bordeaux Métropole, et créeront d’abord une voie unique de descente et de montée dans le fameux Technobus d’ici la fin de l’année. Pour finir, des barrières seront mises en place pour accéder à leur zone dédiée (seuls autorisés), permettant aussi d’accéder à l’arrêt minute seront équipées d’un système de détection de dépassement de temps avec un système d’alertes.

Au-delà de le la justification d’une anticipation de la sous-capacité des pistes, notamment dans un esprit d’une éventuelle ‘ double-utilisation ‘ des pistes comme aux Etats-Unis ensuite (après 2023), Pascal Personne en a profité pour déclarer qu’il était probable qu’il puisse annoncer l’adhésion de l’aéroport de Bordeaux au programme ACA ( » Airport Carbon Accreditation « ) dans le courant de cette année 2019, un programme extrêmement ambitieux consistant à réduire l’émission de CO2 de façon drastique… Tout en étant bien conscient des efforts nécessaires à tous les niveaux, et au sein des équipes de l’aéroport.

(1) : le Technobus, ou BNSP (bus à niveau de service performant) reliera Pessac-Bersol au Haillan (en passant par l’aéroport) en sens unique, et en double sens en 2021.

(2) : une voie unique pour le Technobus et une autre pour le tramway, sauf à l’arrivée devant les halls A et B qui sera équipée d’une section à double voie. A noter qu’il n’y aura plus de voiture de particuliers qui circulera juste devant les accès aux halls A et B à partir de 2022.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *